Plaisir et bonheur nous confondons deux choses

8 Mar 2022 | News | 0 commentaires

Théorie scientifique sur le bonheur de Robert Lustig Neuroendocrinologue a réalisé nombreux travaux sur l’addiction aux sucres.

«  LE BONHEUR N’EST PAS IMMUABLE IL CHANGE AVEC LE TEMPS »

Achat compulsif, compulsions alimentaires, réseaux sociaux, jeux vidéo, drogues, alcool… Et si tous ces plaisirs simples inhibaient…Notre quête du bonheur «  Il est où le bonheur, il est où ? »Pour Robert Lustig nous confondons  deux choses : Plaisirs et Bonheur. Beaucoup de gens mélangent les deux, mais on peut nous dire que ce sont deux choses complètement différentes.Les plaisirs sont de courte durée, les plaisirs sont instinctifs, les plaisirs sont matériels, les plaisirs sont solitaires,Le plaisir poussé à l’extrême mène tout droit à l’addiction. Que ce soit des substances ou des comportements.Au contraire le bonheur est de longue durée. Au contraire le bonheur est spirituel. Au contraire le Bonheur est lié aux interactions sociales.

Si vous voulez c’est le sentiment de ne faire qu’un avec le monde. Cette chose qu’on appelle le bonheur.Pour Robert Lustig, la quête des plaisirs entrave la quête du bonheur. Et la raison est scientifique.ET ALORS ? Les plaisirs déclenchent la dopamine. Le bonheur dépend de la dopamine.La dopamine excite les neurones et quand les neurones sont trop excités, trop souvent, ils ont tendance à mourir.La dopamine stimule le « circuit de la récompense », mais peut développer des addictions.

La fois suivante, vous avez besoin d’une plus grosse dose pour avoir le même effet parce qu’il y a moins de récepteurs à occuper. Et vous en avez besoin plus, encore plus et toujours plus, pour finalement prendre une énorme dose avec aucun effet. Ça s’appelle la tolérance et quand les neurones commencent à mourir, ça s’appelle la dépendance.La sérotonine est responsable du sentiment du contentement. La sérotonine est responsable du sentiment de plénitude.Au contraire de la dopamine, la sérotonine ne rend pas accroc. La sérotonine ne tue pas les neurones. La sérotonine est un inhibiteur. Ce n’est pas un excitant. Elle ralentit ces neurones au lieu de les stimuler. Donc vous ne pouvez pas surdoser vos neurones en sérotonine.

Problème :

Plus vous créez de la dopamine, plus le niveau de sérotonine risque de baisser.

Plus vous recherchez du plaisir, plus vous serez malheureux.